La reprise de l'activité sexuelle est abordée

celle-ci n'est pas forcément simple et s'accompagne souvent d'appréhension :

- douleur résiduelle liée à l'épisiotomie

- hyperlaxicité du vagin

- muqueuse et sécrétions vaginales modifiées par l'allaitement

- arrivée et présence du bébé

- fatigue liée au rythme du bébé

autant de raisons qui doivent rendre le couple patient .



La contraception redevient malgré tout d'actualité .

-une pilule microprogestative sans estrogene est en général proposée le 1er mois , non tant du fait de l'allaitement mais surtout du fait des risques thrombo- emboliques , en l'occurrence de phlébite .

-un mois plus tard les femmes auront la possiblité de reprendre une pilule classique estro-progestative afin de stopper les saignements éventuels , même si elles allaitent .

-le stérilet peut être placé dés le 2 ème mois .

-l'implant plus récent est une option possible en cas de problème d'observance .



en cas de césarienne :

le délais d'une prochaine grossesse et les modalités du prochain accouchement sont évoqués en fonction des causes de l'intervention .

La cicatrice de la césarienne est en générale encore un peu dure ; celle-ci retrouvera sa souplesse avec le temps .

Une insensibilité sus pubienne est souvent rapportée ; cette sensibilité reviendra progressivement .



Une pathologie du col utérin précédant ou accompagnant la grossesse doit absolument faire l'objet d'un nouveau contrôle .